Article "Les soucoupes humains du IIIe Reich"
Accueil / Hacker By ReDo.X / Les soucoupes humains du IIIe Reich
Les soucoupes humains du IIIe Reich
enlevement extraterrestre les ovni america ufo footage science dvds revelation transformers extra terrestre le homme dieu ovni extraterrestre ufologie ovni nasa ovni alerte Ufo files
À la libération, les alliés découvrirent tous les programmes de construction d'ovni allemands.
L'extraordinaire foisonnement d'observations d'ovnis survenu dans les années 1940 est-il rapprocher de la technologie développée par les nazis?

Il a coulé beaucoup d'encre sur la remarquable sophistication de la technologie allemande à la fin de la Seconde Guerre mondiale et sur l'extraordinaire panoplie d'armes baptisées «Vengeance» avec lesquelles Hitler espérait, au dernier moment, renverser le cours de la guerre par un ultime coup d'éclat. Seulement deux d'entre elles, le V-l et le missile balistique V-2, furent officiellement utilisées.Mais à la fin de la guerre, explorant les bases d'armement allemandes soigneusement camouflées,les Alliés réalisèrent le degré d'aboutissement des recherches menées par les scientifiques au service de la cause hitlérienne: ils découvrirent notamment les traces éparses d'une panoplie de pro-grammes secrets comme Haunebu, Vril ou V-7.

DES OVNIS BIEN TERRESTRES
On a prétendu que ces vestiges de programme sauraient fourni aux Alliés la technologie pour élaborer leurs propres « ovnis de fabrication terrestre», mais les preuves manquent: les Allemands ont détruit un grand nombre de bases secrètes au moment de la retraite et tout ce qui restait a été immédiatement classé confidentiel.
Néanmoins, les témoignages affluent. Au printemps 1941, Rudolph Schriever, un ingénieur en aéronautique de la Luftwaffe, aurait dessiné un appareil proto- type en forme de disque baptisé Haunebu. L'auteur allemand Rudolf Lusarra conte dans son livre German Secret Weapons of the Second World War (Les Armes secrètes des Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale) comment Schriever aurait reçu l'appui de deux ingénieurs allemands, Miethe et Habermohl, et un soutien plus tardif de l'Italien Giuseppe Belluzzo pour finaliser l'appareil. À ce sujet, le journaliste italien Maurizio Verga, auteur notamment de l'ouvrage Ovni: Anthologie d'un mythe contemporain, conteste cette version des faits et attribue à son compatriote l'invention du premier ovni terrestre.L'idée de Belluzzo aurait ensuite été reprise parles ingénieurs allemands.
Les documents qui permettraient de résoudre ce conflit de paternité faisant défaut, on admet généralement que c'est le quadrige d'ingénieurs qui s'est attelé à l'élaboration de disques volants pour les nazis. Initialement conçus pour être propulsés par des moteurs avec turbines au gaz, ils furent ensuite modifiés en vue d'élaborer une forme perfectionnée de propulsion par réaction.
Ainsi, Schriever et Habermohl conçurent le projet du Haunebu 1, un disque à réaction pourvu d'un anneau très large pivotant autour d'un habitacle fixe en forme de dôme. Le disque était formé d'ailes mobiles réglables en fonction du décollage ou de la hauteur de vol.
Un autre appareil en forme de disque, à propulsion vectorielle, imaginé par le professeur Miethe, faisait 42 mètres de diamètre. Rudolf Lusar affirme que c'est après avoir été testé à Prague, le 14 février 1945, que cet appareil a pris le nom de V-7. Il est décrit comme ayant des performances remarquables, s'élevant â plus de dix kilomètres en moins de trois minutes, et atteignant des vitesses proches de 2 000 km/h envol horizontal, performances bien supérieures à celles des appareils de l'époque.

PLANS DE DISQUES
Malgré la prudence observée alors par les équipes scientifiques allemandes, plusieurs dessins de disques volants nazis ont néanmoins circulé, ce qui explique que l'on dispose aujourd'hui de quelques maigres documents.Ceux du livre de David Master,
Genesis of German Jet (La Genèse du vol à réaction en Allemagne),fournissent une approximation
grossière des trois versions principales. Les dessins du disque de Miethe, suppose être le premier à avoir volé, dépourvus de détails techniques, prévoient néanmoins des habitacles au-dessus et en dessous du fuselage du disque,avec deux propulseurs à réaction à l'arrière, le tout ressemblant étrangement à l'avion furtif B2.

Le gouvernement d'Allemagne de l'Ouest dispose des plans du disque que Schriever aurait dessiné pour Hitler, mais des spécialistes en aéronautique affirment qu'ils ont été falsifiés et rendus inutilisables. Quoi qu'il en soit, le sobre dessin montrant un disque de 15 mètres de diamètre sur quatre pieds est conceptuellement très en avance sur son temps. Il aurait été équipé d'une technologie futuriste, y compris un système laser, un radar et des turbines électromagnétiques.
Les dessins de ces disques ne sont évidemment pas la preuve qu'ils ont été fabriqués ou qu'ils ont volé. Ripostant aux affirmations de Schriever et d'autres selon lesquelles des disques auraient été construits à partir de leurs plans, plusieurs experts en aéronautique ayant examiné les dessins les ont déclarés véritablement irréalisables.

V COMME VRIL
Cherchant comment Hitler avait financé ses projets, des enquêteurs opiniâtres ont trouvé la trace d'une organisation secrète convaincue du bienfondé des mythes raciaux allemands et active à l'intérieur du mouvement nazi. L'Ordre de Thulé, inspiré de l'Ordre des Templiers, s'appropria une sentence tirée des textes sumériens anciens (« Qui vint du Ciel sur Terre») pour justifier le finance- ment de programmes de recherche sur les ovnis. Ils auraient ainsi
maîtrisé une toute nouvelle forme d'énergie qu'ils baptisèrent Vril.

Selon un ufologue américain, le colonel en retraite Wendelle Stevens, c'est bien avant la guerre, à l'université de Vienne, que la Société Vril aurait trouvé le moyen de manipuler des forces « sous-jacentes» de l'univers physique. Ces connaissances ont été ensuite combinées aux technologies utilisant des énergies nouvelles mises au point par les ingénieurs des programmes Haunebu et V-7, à l'exemple des travaux de l'Autrichien Victor Schauberger, inventeur des machines actionnées par «spirales vers l'intérieur», dans lesquelles l'énergie était le résultat d'implosions plutôt que d'explosions du moteur à combustion interne.

ANTIGRAVITÉ
Dans l'ouvrage qu'il a co-écrit avec Renato Vesco, Man-Made UFOs 1944-1994, faisant état des découvertes ayant permis, en un demi-siècle, de mettre au point des ovnis terrestres, David Hatcher Childress confirme que Schauberger aurait bien conçu, au cours de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs disques volants pour les nazis, fonctionnant sur un mode de « propulsion à vortex liquide », une technologie qui annulerait la gravité.
Selon les affirmations de Stevens, la Société Vril aurait expérimenté plusieurs technologies singulières, dont le convertisseur d'Hans Kohler et le «tachyon à transmission magnéto-gravitationnelle de Kohler», plus connu sous le nom de «tachyonateur de Thulé». Les disques Vril de 10 mètres de diamètre, hautement perfectionnés, furent conçus pour être des appareils de combat d'interception. La technologie de propulsion à champ électromagnétique aurait alors été utilisée en 1943 pour détruire les bombardiers alliés qui attaquaient les fabriques de roulements à billes à Schweinfurth. Mais Maurizio Verga et d'autres spécialistes de la question considèrent ces affirmations comme pure affabulation.

RÉALITÉ OU FICTION ?
Les seules preuves de l'existence des appareils Vril ou Haunebu se résument à quelques photocopies de carbones de documents SS et quelques photos floues publiées dans un ouvrage allemand, Die Dunkle Seit Des Mondes (La Face cachée de la Lune) de Brad Harris, considérées comme une imposture par certains chercheurs. Le fait que les appareils Vril n'aient pas réussi à
faire pencher la balance en faveur des nazis laisse penser qu'ils sont restés à l'état de carbones, mais d'aucuns affirment que les engins existaient bel et bien mais qu'ils ont été sortis discrètement d'Allemagne juste avant la défaite dans l'attente de jours meilleurs... Si tel est le cas, où Hitler aurait-il pu les cacher sans attirer l'attention?
Si l'on en croit le journaliste et écrivain américain W. A. Harbinson, Hitler cherchait à s'implanter dans l'Antarctique. En 1938, des expéditions allemandes tracèrent la carte d'une région de Queen Maud Land que les nazis rebaptisèrent Neu-Schwabenland. Cette région très étendue comprenait plusieurs zones dépourvues de glace. Harbinson et quelques autres soutiennent que, tout au long de la guerre, les nazis y ont acheminé du matériel pour y construire une énorme base secrète. Une fois la base terminée, les disques y auraient été installés.
Or, en 1947, Neu-Schwabenland devint justement le centre d'un exercice de grande envergure de la marine américaine, l'opération Highjump («saut en hauteur»). Toujours selon Harbinson, cette opération était destinée à camoufler une expédition visant à déloger d'éventuels nazis survivant à la base secrète. La mission se serait mal terminée pour les Américains qui se seraient heurtés aux disques et auraient essuyé une défaite.
L'U.S. Navy se serait alors retirée de l'Antarctique pendant une dizaine d'années, le temps de mettre au point ses propres disques, à partir de ce qu'elle avait récupéré des installations nazies dans les décombres du IIIe Reich.

INFO OU INTOX ?
Les nombreux témoignages concernant les programmes allemands de disques volants apportent la confirmation
qu'ils auraient pu avoir, à quelques mois près, peut-être, des conséquences désastreuses pour les Alliés. Ceci étant, les preuves de l'aboutissement de ces engins nazis sont visiblement si minces et fragmentaires qu'elles autorisent tous les scénarios, même les plus farfelus. Que sont devenus ces projets aujourd'hui et se pourrait-il qu'ils aient été récupérés par les militaires américains? Le docteur Schriever est convaincu que les ovnis qui ont été observés après la Seconde Guerre mondiale sont des appareils construits par les Alliés à partir des idées nées sous le IIIe Reich. Pour preuve, la plupart des chercheurs et scientifiques ont été « récupérés » par les services secrets dans le cadre de l'opération Paperclip.
Selon Henry Stevens, un historien allemand spécialisé en aéronautique, Miethe aurait été « recruté par les Américains et les Canadiens pour reprendre ses précédents travaux pour l'Allemagne aux États-Unis, tout comme Werner von Braun, le concepteur des V-2, a travaillé sur les programmes spatiaux américains». Stevens a notamment mis la main sur un dossier émanant des services secrets américains datant de 1955, qui prévoyait la construction par la compagnie canadienne A. V. Roe, d'un disque à réaction capable d'atteindre Mach 3,4 (3,4 fois la vitesse du son) à 25000 m. La fiche technique de l'appareil stipulait: «Miethe - Concepteur, 1950».
Il est probable que des inventeurs comme Victor Schauberger ont formulé des théories totalement nouvelles sur l'énergie et les modes de propulsion qui ont peut-être servi au programme des disques volants. Mais, à moins de nouvelles preuves, les affirmations selon lesquelles les nazis auraient construit et fait voler les appareils Vril et Haunebu ne sont que des mythes qui ont grossi autour du légendaire programme V-7.


Trackback :
ReDo.x-Red Man-Black Pirate/article,Les-soucoupes-humains-du-IIIe-Reich-113.html
Ajouter un commentaire à cet article



Bizarrus.com [Fantastique, Etrange, Mystère, enigme, paranormal, Surnaturel, Science fiction, Légende, bizarre, secret] © Tous droits réservés